Demander une bénédiction

Le rituel des bénédictions propose de bénir des personnes, des lieux ou des objets. C’est une manière de remercier Dieu des biens qu’il procure. Les bénédictions les plus fréquentes sont celles du repas, des maisons,…

Septembre est arrivé ! La rentrée scolaire est une période intense, chaque famille organise ses activités. Coordonner les agendas n’est pas une mince affaire : rendre compatibles la vie professionnelle, la vie familiale, ainsi que les activités religieuses et les loisirs. Que faire du stress qui s’invite en période de rentrée scolaire ? Une part de notre stress ne relève pas de l’organisation. Elle est liée à la nostalgie de Dieu au cœur de l’homme : «Tu nous as faits pour toi Seigneur et notre cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi». Le cœur profond aspire à l’amour de Dieu. Aussi, donner une place à Dieu conduit à l’apaisement du cœur. Enfant ou adulte, chacun a besoin de combattre le stress et de prendre confiance en soi. Un objet sera le compagnon de chaque jour : le cartable ! La rentrée scolaire ne serait-elle pas l’occasion de bénir ce cartable ? Voici une prière à faire en famille autour de l’enfant. Chaque enfant aura son cartable cette année. Sont-ils les seuls ? Sac à dos, attaché-case, sac à main, serviette, porte-documents, autant d’instruments qui deviennent pour chacun un compagnon de travail. Demandons au Seigneur de se faire proche de chacun de nous cette année et de bénir tous les sacs qui accompagneront nos journées de travail.

 

Prière de bénédiction du cartable

Une année commence.
Chaque matin, je mettrai mon cartable sur mon dos pour partir à l’école.
Souvent, ce sera un geste machinal.
Mais aujourd’hui je veux penser à Jésus :
en apprenant son métier de menuisier, il portait des morceaux de bois sur son dos.
Tout comme lui, je porterai mon cartable.
Mon cartable, ce sera le compagnon de mes journées à l’école.
Je te demande, Seigneur, de bénir mon cartable.
Je te confie l’année scolaire qui commence.
Je te confie mes camarades de classe,
en te demandant d’y rencontrer de bons amis.
Je te confie mes enseignants :
fais que nous puissions construire une relation de confiance mutuelle.
Tu m’as donné un corps,
fais qu’il se développe et que je le mette au service de l’autre.
Tu m’as donné une intelligence,
fais qu’elle grandisse et se construise dans la vérité.
Tu m’as donné un cœur,
fais qu’il apprenne à écouter l’autre et qu’il sache se donner.
Je voudrais aussi te donner une place chaque jour par un petit temps de prière.
Et je voudrais venir à l’église pour marquer le dimanche,
jour de la Résurrection de Jésus.
Seigneur, j’ai confiance en Toi !

Amen.

Mgr Renauld de DINECHIN, évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin
(source L’1visible Aisne n°3 septembre 2017)

La bénédiction de maison n’est pas un rite réservé aux demeures hantées. Quand Jésus envoya ses disciples en mission, il leur dit: «Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison”. S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui» Quand le prêtre ou le diacre vient bénir une maison, il ne fait rien d’autre que ce que faisaient les disciples: il apporte à cette maison, et surtout à ceux qui y habitent, la paix, la joie et la protection de Dieu.

En effet, Dieu est la source de toute bénédiction. C’est là son identité: Dieu est celui qui bénit (alors que l’homme est trop souvent celui qui maudit). Le mot bénédiction vient du latin bene-dicere et signifie dire du bien, dire que c’est bien. Dans la Bible, dès le début, nous voyons Dieu en train de bénir.

Concrètement, comme gage de sa bénédiction, Dieu donne à l’homme une famille, comme lieu de paix, de joie et d’amour, structure de soutien et protection mutuelle de ses membres. Seulement, dans la réalité, trop souvent ce n’est pas le cas. La maison familiale devient un lieu de conflit et de souffrance, de violence et de discorde.

Nous pouvons demander à Dieu de renouveler sa bénédiction sur nos familles et nos maisons.  C’est à la fois une prière et un engagement. Inviter un prêtre pour venir bénir la maison, ce n’est pas seulement le regarder demander la protection de Dieu pour nous, mais c’est aussi décider de vouloir vivre la vie familiale comme une  bénédiction, c’est aussi s’engager avec l’aide de Dieu à devenir pour ceux avec qui nous habitons une bénédiction vivante.

Il suffit de prendre contact avec le prêtre de votre paroisse et de convenir avec lui d’un rendez-vous pour venir chez vous.

Don Xandro
(source L’1visible Aisne Soissonnais n°2 avril 2017).

Bénir quelqu’un et lui souhaiter bonne chance, c’est lui vouloir du bien, quelles que soient les circonstances. C’est lui exprimer de l’attachement, établir une proximité avec lui. À un ami qui part en voyage ou à une amie qui passe un examen, nous disons « bonne chance ! », mais nous implorons aussi pour eux la bénédiction de Dieu, afin que le voyage ou l’examen soit couronné de succès. Dans les deux cas,  nous souhaitons la réussite. Mais si le succès et la chance sont des notions purement profanes, la bénédiction est un don de Dieu qui enrichit intérieurement notre action. Lorsque nous invoquons pour quelqu’un la bénédiction divine, nous savons que, de nous-mêmes, nous ne pouvons garantir la réussite du projet. Elle dépend de plus grand et plus puissant que nous. Les rituels proposés ici par Anselm Grün peuvent ainsi accompagner toutes ces situations de la vie où la bénédiction de Dieu nous est nécessaire et où elle nous est accordée.

Prions en Eglise nous offre une belle palette de prières pour bénir la table et rendre grâce à Dieu pour la nourriture qu’il donne.

A qui m’adresser ?
Merci de prendre contact avec la paroisse proche de vous domicile

Trouver ma paroisse