EN-TETE et NAVIGATION :

CONTENU :

Dimanche 26 mars 2017 - Accueil > Lexique

Lexique

Mages

Nom donné chez les Perses et les Mèdes à une caste sacerdotale s’occupant d’astrologie et de divination. L'Évangile de St Mat 2, 1-12 est le seul à relater l’épisode des mages venus d’Orient à Bethléem, sous la conduite d’un astre, pour adorer le roi des juifs qui vient de naître. Cette manifestation est appelée Épiphanie. La tradition chrétienne en a fait des rois portant des présents: de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Magistère

 

du latin magister : maître
C'est le terme théologique qui désigne la tâche d'enseignement des évêques et du pape selon la mission confiée par le Christ aux apôtres . Dans l'Église catholique, on distingue deux types de magistère : le magistère ordinaire qui porte sur l'enseignement courant et l'extraordinaire qui porte sur les définitions dogmatiques.

 

Magnanimité

du latin magnanimus; noble, généreux.
Vertu ou comportement d’une personne, dont la bonté et la générosité guident prioritairement l’action et les sentiments vis-à-vis des autres.

Magnificat

Cantique dans lequel Marie glorifie les multiples hauts faits de Dieu ; ceux qu’il a opérés en elle et ceux qu’il a accomplis dans les nations. Ce cantique de la Vierge Marie, est chanté au cours de l’office des Vêpres.

Mandorle

 

du latin mandorla : amande
En peinture ou en sculpture, c'est une forme ovale qui entoure parfois la Vierge sur son trône ou le Christ en majesté.

 

Manipule

Bande d'étoffe de la même couleur que la chasuble, portée au bras gauche du prêtre pendant la messe. Depuis la réforme liturgique du Concile Vatican II, le manipule n'est plus d'usage.

Manne

Nourriture miraculeuse envoyée par Dieu aux Hébreux pendant la traversée du désert vers la Terre promise. (Exode 16,31). C’est aussi un symbole de l’Eucharistie. Il s’agit dans la manne comme dans l’Eucharistie d’une nourriture donnée par Dieu seul, parfois au moment au moment où on l’attend le moins et que l’homme ne peut se procurer par lui-même.

Mansuétude

Disposition d’esprit qui incline à une bonté indulgente, à la douceur, à la patience et au pardon. C’est une vertu «annexe» de la vertu cardinale de tempérance.

Manuterge

Linge avec lequel le prêtre s'essuie les doigts au moment du lavement des mains, à l'offertoire de la messe.

Marana tha

Expression araméenne conservée dans le langage liturgique qui signifie : "Notre Seigneur, viens!" ou Marana tha : "le Seigneur vient!" Apocalypse 22, 20

Marcionisme

 

Mouvement hérétique fondé par Marcion, philosophe gnostique. Le Marcionisme oppose le Dieu de Justice de l’Ancien Testament au Dieu d’Amour du Nouveau Testament Il nie la réalité de l’Incarnation du Christ prétendant qu’il est homme en apparence. Sa morale est très rigoureuse.

 

Mariage

Union légitime de deux personnes (homme et femme) dans les conditions prévues par la loi. Par le sacrement de mariage, les deux époux s'engagent pour la vie devant Dieu et l'Eglise. Les quatre piliers du mariage.

Marie

Nom de l'épouse de Joseph et mère de Jésus. Jeune fille juive, fille d'Anne et de Joachim, elle partage avec son peuple l'attente du Messie. Elle apprend par l'ange Gabriel que l'enfant qu'elle porte vient de Dieu et sera appelé "Fils du Très Haut". Ce nom est fort répandu au temps du Christ. Les Évangiles mentionnent d'autres Marie, par exemple Marie de Magdala (ou Marie-Madeleine) et Marie de Béthanie.

Martyr

 

du grec martus, marturos : témoin
Littéralement le martyr est celui qui témoigne de sa foi. Le titre est cependant réservé par l'Église à ceux dont le témoignage a été jusqu'à donner leur vie par attachement à leur foi en Dieu sauveur des hommes. La palme du martyre est le symbole de la victoire.

 

Martyrologe

Livre liturgique où sont inscrits les noms des martyrs et des saints célébrés chaque jour de l’année.

Méditation

Exercice spirituel silencieux où l'intelligence s'applique à réfléchir sur la Parole de Dieu. Un texte biblique, une parole des Ecritures, des ouvrages de spiritualité... peuvent être le point de départ de la méditation. S'approprier le texte, le confronter avec soi-même et en toute humilité, dans la foi, se laisser transformer par Dieu. La méditation est source d'enrichissement pour la foi et elle alimente la vie intérieure. Certains commentaires parlés ou écrits de l'Ecriture peuvent également être appelés méditation.

Mémorial

Ce mot peut désigner un ouvrage, ou simplement un écrit dont on précise qu’il est là pour servir de trace: on y consigne ce qu’on ne veut pas voir oublier. L’Evangile nous apprend qu’au cours de la dernière Cène Jésus dit: «Ceci est mon Corps, donné pour vous, faites ceci en mémoire de moi» (Luc 22,19), c’est l’institution l’Eucharistie, mémorial de sa Passion et de sa Résurrection. Pour les chrétiens, c’est bien le sacrifice du Christ Sauveur qui est rendu présent.

Ménologe

Livre de l’Eglise grecque qui, composé d’abord exclusivement de vie de martyrs, fut étendu plus tard à la vie des saints célébrés aux différents jours de l’année.

Mérites

Le mérite, en parlant des choses, se dit de ce qu’elles ont de bon et d’estimable, il donne droit à recevoir une récompense. Dans l’Ancien Testament l’idée de rétribution est née de la conception du Dieu Juste, du Dieu Juge qui ne traite ses créatures que selon un légalisme absolu:
«Je rendrai à chacun selon ses œuvres» (Ap. 2, 23), telle est l'expression qui résume la doctrine du salut dans l'Ancien Testament. Lorsqu’on parle du mérite envers Dieu, il faut l’entendre en ce sens que les dons de Dieu sont effectifs, qu’ils sont gratuits. Ce ne sont pas nos mérites que Dieu récompense, mais bien ce qu’il nous a lui-même donné. Dans un monde qui ne nous juge que sur nos mérites, il est bon de mettre l’accent sur la grâce et la sollicitude de Dieu.

Métropolitain

 

Titre attribué à l’archevêque placé à la tête d’une province ecclésiastique et ayant autorité sur d’autres diocèses. Le pape confère à l’archevêque métropolitain le pallium, symbole du lien spécial de communion avec le Saint Siège et expression de l’unité, de l’universalité de l’Eglise du Christ.

 

Messe

Dans la religion catholique, appelée aussi Eucharistie, célébration du sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ présent sous les espèces du pain et du vin. L'Évêque et les prêtres sont les célébrants habituels de l'Eucharistie.
Origine du mot messe : Le mot messe, déformation gallo-romaine de «missa», est au départ le participe passé du verbe latin «mittere» qui signifie «envoyer». A la fin des assemblées de prière eucharistique, le prêtre ou un diacre reprend cette expression «ite missa est» «Allez, c’est l’envoi» pouvant alors sous-entendre: Allez vivre votre mission de chrétien dans le monde.

Messe chrismale

Le Jeudi Saint au matin, l'évêque concélèbre la messe chrismale avec les prêtres de son diocèse (cette célébration peut avoir lieu les jours qui précèdent). Au cours de cette célébration, il consacre le saint-chrême, cette huile parfumée utilisée pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l'ordre (prêtre et évêque). Il bénit aussi l'huile des catéchumènes et l'huile pour le sacrement des malades.

Messie

Le titre de "Messie", celui qui est "oint" était d'abord attribué, dans la Bible, au roi au moment de son intronisation, après qu'il eut reçu l'onction. Jésus sera considéré comme le "Messie" définitif, envoyé par Dieu, et Dieu lui-même.

Ministère

Dans l'Église, service confié à un membre de l'Église par l'évêque, principe et fondement de l'unité dans son diocèse.

Ministères institués

 

On appelle "ministères institués", le lectorat et l'acolytat que reçoivent ceux qui se préparent aux "ministères ordonnés" (diaconat, presbytérat), ils appartiennent à ce qu'on appelait, avant le Concile Vatican II, les Ordres mineurs. Dans certains cas, des laïcs hommes peuvent être admis d'une manière stable à ces Ministères.

 

Ministères ordonnés

 

Diaconat, presbytérat, épiscopat. Les diacres, prêtres et évêques sont choisis, appelés, ordonnés pour une mission précise, de caractère sacramentel et de façon définitive. Ils sont désormais clercs, (membres du clergé), non plus laïcs.

 

Miracle

 

Fait extraordinaire et suscitant l'admiration en dehors du cours habituel des choses.
Manifestation de la puissance et de l’intervention de Dieu qui apporte une révélation de sa présence et de la liberté dont il use pour accomplir ses desseins. La Bible désigne les miracles en termes de puissance (Ex 9 ; 16), de prodiges (Rom 1 ; 19-20) de guérison (Jn 9 ; 1-41) et de signes (Jn 3 ; 2). Le miracle n’a pas son but en soi, il dirige nos regards plus loin en révélant la présence immédiate de Dieu. Le miracle n’est pas explicable scientifiquement.

 

Miséricorde

 

du latin misereri : avoir pitié et cor : coeur
Attribut de Dieu qui explique tout son dessein de salut pour l’humanité. La bonté de Dieu est infinie car elle est un des aspects de sa miséricorde (Ps 86,5). On nomme ainsi l'attitude profonde de l'être caractérisée par la disposition d'amour au pardon. La sensibilité à la misère et à la souffrance d'autrui et à une bienveillance fondamentale vis à vis du prochain.
En l’année jubilaire 2000, le Pape Jean Paul II a décrété que le deuxième dimanche après Pâques serait désormais celui de la miséricorde divine

 

Mishna

Ensemble de textes correspondant à une compilation de la tradition orale juive. On la trouve dans le Talmud où elle est associée à la Gémârâ qui est le commentaire de la Mishna.

Missel

 

du latin missa : messe
Livre regroupant les textes des lectures et prières constituant la liturgie de la messe pour tous les jours de l'année. Aujourd'hui, les missels les plus répandus sont les missels des dimanches. Il en existe d'autres pour les jours de semaine.

 

Mission

 

du latin missio : envoi
La mission est l'annonce de la Bonne Nouvelle dans le monde entier. Dans l'histoire de l'Église, le mot a reçu deux significations différentes. Jusqu'au XVI° siècle, la mission de l'Église signifiait que l'Église était envoyée par Dieu : l'Église est l'objet de la mission. Depuis le XVI° siècle, la mission de l'Église signifie l'effort d'évangélisation exercé par l'Église : c'est l'Église qui envoie.

 

Missionnaire

 

Etre missionnaire aujourd'hui c'est, pour tout chrétien vivre ce à quoi l'Église est appelée : annoncer la Bonne Nouvelle de l'Évangile à tous. Les missionnaires participent à la mission du Christ et sont envoyés au nom de Dieu au milieu des hommes. On peut être aussi missionnaire sans sortir de son environnement immédiat (Madeleine Delbrêl), de son carmel (Ste Thérèse de l'Enfant Jésus).

 

Mitre

Haute coiffure triangulaire de cérémonie portée par les évêques et les abbés.

Moine, Moniale

 

du mot grec monachos, solitaire
Les premiers moines ayant été des ermites, le mot a continué à s'appliquer aux diverses formes de la vie monastique (ermites ou non) comme signifiant le retrait du monde et une vie de prière signe d'une pleine consécration à Dieu.

Monastère

Etablissement abritant une communauté de moines ou de moniales, cloitrés ou non.

Monition

du latin monere : avertir
Dans l'Église catholique, il a plusieurs sens. Il peut signifier un avertissement de type disciplinaire mais également au cours de la liturgie des précisions sur le sens d'un texte d'Écriture qui va être lu ou sur la célébration elle-même. Il peut qualifier également l'exhortation du célébrant à l'assistance ; ou dans le cas du sacrement de réconciliation l'encouragement et le conseil du célébrant.

Monophysisme

Doctrine officialisée par le Concile de Chalcédoine 451 affirmant une seule nature dans le Christ. Hérésie d’Eutychès pour qui «la nature humaine avait cessé d’exister comme telle dans le Christ en étant assumée par sa personne divine de Fils de Dieu» (CEC 467). Dans le Credo, de l’Église catholique, les chrétiens affirment leur foi en Jésus Christ «vrai Dieu et vrai homme».
Les monophysites affirment que Jésus Christ n'a qu'une seule nature et qu'elle est divine, cette dernière ayant absorbé sa nature humaine. Cette doctrine a été condamnée comme hérétique lors du concile de Chalcédoine en 451, Selon ce concile, Jésus-Christ est à la fois vrai Dieu et vrai homme en «une seule personne et deux natures, sans confusion».
On appelle parfois encore 'monophysites' les Églises qui ont été rejetées par celles qui ont accepté le concile de Chalcédoine. Il est préférable de les appeler 'nonchalcédoniennes' ou mieux 'orthodoxes orientales' (copte, syrienne orthodoxe, arménienne…)
Dans les dernières décennies, le dialogue œcuménique a permis de réconcilier nos doctrines sur le Christ :
cf. par exemple:
- la déclaration commune du pape Paul VI et du patriarche des Coptes
- la déclaration commune du pape Jean-Paul et du patriarche syrien orthodoxe d’Antioche

Monseigneur

C'est le titre donné aux évêques. Il est aussi employé pour les prêtres qui ont reçu le titre de Prélat de sa Sainteté. Dans ce cas, c'est une appellation honorifique.

Monstrance

(ou ostentoir)
Objet servant initialement à l’exposition des reliques et depuis le XIVème siècle, à l’exposition de l’hostie consacrée.

Mort

 

Cessation de la vie, considérée comme un phénomène inhérent à la condition humaine. L’Eglise utilise le mot spécial défunt pour la cessation de la vie d’un être humain.

 

Motu proprio

 

De son propre chef
Acte législatif pris et promulgué par le Pape, agissant de sa propre initiative, en pleine connaissance de cause et (non pour répondre à une sollicitation). Cet acte équivaut à un décret qui précise des règles d’administration et d’organisation dans l’Eglise.

 

Mozette ou Camail

Courte pèlerine, boutonnée sur le devant que les ecclésiastiques portent sur la soutane. Elle est de couleur rouge pour les cardinaux, violette pour les évêques et noire avec un liseré violet pour les chanoines..

Myrrhe

Gomme résineuse odorante secrétée par un arbuste le «balsamier». Les mages en offrirent à Jésus (Mt 2,11). Un mélange de myrrhe et d’aloès fut utilisé pour l’embaumement du corps du Christ. (Jn 19,39).

Mystagogie

 

du grec "mustes", initié et "agein", conduire
C'est, pour les nouveaux baptisés, un temps d'approfondissement de la foi et d'incorporation à la communauté chrétienne.

 

Mystère

Le mot mystère s'emploie couramment pour parler de ce qui est secret, ou caché. Les théologiens catholiques ont défini le mystère comme une vérité inaccessible à la raison, mais que Dieu donne à connaître en se révélant. Le mystère ne signifie pas que la foi et les vérités de foi soient contraires à l'intelligence et à la raison, mais qu'elles en dépassent les limites. La démarche de la raison ne suffit pas pour introduire dans la plénitude de sens des mystères, il faut une disposition intérieure d'accueil au don gratuit de Dieu.

Mystique

Caractéristique de la vie spirituelle dans sa dimension la plus profonde comme expérience concrète de la présence de Dieu. La tradition mystique de l’Eglise renvoie à l’œuvre et au témoignage de plusieurs écrivains chrétiens ayant exploré, par leur pensée et leur recherche, les profondeurs du mystère de Dieu.

Mythe

Récit fabuleux, souvent d'origine populaire et porté par une tradition orale, confrontant des héros humains aux divinités, aux forces de la nature. Ce mot désigne aussi les grandes figures dans lesquelles une nation ou une société reconnaît ses valeurs fondamentales, ses questionnements, ou identifie les grands moments de son histoire.

ACCES RAPIDE :

PIED DE PAGE :