Message de Noël de Mgr Renauld de DINECHIN

Besoin de fraternité

 

Depuis plusieurs semaines, notre pays est agité par une profonde insatisfaction et une colère. Dans l’Aisne, bien des axonais éprouvent le sentiment que leur voix n’est entendue de personne, et que nul ne parvient à améliorer leur sort.

Le gouvernement réagit. La grogne demeure. Cette société ne répond pas à nos aspirations profondes, à l’idéal pour lequel est fait le cœur de l’homme. Certains appellent à l’insoumission ; mais sans proposer un projet réaliste.

Je me reconnais dans l’insatisfaction radicale de notre société. Et je sais que rien de cette terre ne pourra satisfaire ma soif de relations fraternelles et ma quête d’absolu. Mais je sais aussi que, déjà sur cette terre insatisfaisante, je parviens à trouver ma satisfaction en Dieu.

A l’approche de Noël, nous venons de célébrer la béatification des 19 martyrs d’Algérie. La première béatification dans un pays à majorité musulmane. Elle s’est déroulée paisiblement. C’est un énorme message de fraternité. Cela atteste qu’il y a un au-delà de la violence. Au-delà de la mort on peut véhiculer un message de paix et de pardon. Nos pays en ont besoin.

Durant l’année 2018, le diocèse de Soissons a vécu plusieurs pèlerinages-étapes en France : à Lourdes durant cinq jours, à Liesse plusieurs pèlerinages d’un jour. Chacun de ces événements manifeste ce qu’à l’ordinaire on ne voit pas, car cela reste quotidiennement modeste et caché : des centaines de bénévoles se mobilisent auprès des plus fragiles dans notre société. Cette générosité – cette fraternité – c’est ce dont le monde a le plus besoin. Les chrétiens y ont une responsabilité car ils puisent à la source de cette fraternité.

Le sentiment que nous pouvons éprouver devant le manque de fraternité de notre temps, de même que l’indifférence à l’égard de Dieu, nous provoquent à entrer plus sincèrement dans l’adoration de l’Enfant de la crèche. Dans la douceur de la Sainte Famille, nous recevons la tendresse de Dieu. En envoyant son Fils sur terre, Dieu révèle sa personnalité. Ne restons pas à distance : berger ou mage, tombons à genoux pour adorer le Fils de Dieu petit enfant !

Un Fils nous est donné. Joyeux Noël !

 

 

Evêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin