L’enseignement catholique

Dans notre diocèse, l’école catholique
regroupe près de douze mille élèves,
répartis de la maternelle au BTS,
en passant par l’apprentissage et l’agricole.

  • 19 écoles
  • 15 collèges
  • 10 lycées (dont un agricole)
  • 6 unités post-bac répartis sur le département de l’Aisne
  • Près de 1200 professionnels, enseignants et personnels.

Au cours des siècles, nombre d’entre eux ont été fondés par des congrégations de notre diocèse (Sœurs de l’Enfant Jésus, sœurs du Christ, Dominicaines, …). Mais aujourd’hui,  il ne subsiste plus qu’un seul établissement sous tutelle congréganiste, celle des Filles de la Charité, Saint-Vincent de Paul de Soissons.

Nos établissements, riches de leur histoire et de la spécificité de leur projet éducatif, sont, ensemble,  la proposition éducative de l’église catholique dans l’Aisne et restent donc sous l’autorité de l’évêque.

Notre mission : favoriser le développement intégral des personnes qui nous sont confiées, corps, âme et esprit.

Notre devise :

En Jésus-Christ, enseigner, éduquer et former ensemble des femmes et des hommes debout .

  • Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site ddec02.fr

Autonomes, ils sont toutefois regroupés en réseaux dont la réalité se juxtapose à celle des zones pastorales.

  • La zone de Saint-Quentin, appelée « réseau Sainte-Claire», regroupe les établissements Saint-Jean et La Croix ainsi que l’externat Notre-Dame à Saint-Quentin, le collège/lycée St Antoine-Ste Sophie de Bohain et l’école de Ribemont.
  • La zone de Thiérache, appelée « réseau Saint-Michel», comprend les établissements Ste Jeanne d’Arc de Guise, l’Enfant-Jésus d’Hirson, St Joseph-Notre Dame de Vervins, le Sacré-Cœur de la Capelle. A laquelle nous associons l’école de Rozoy-sur-Serre.
  • La zone de Laon, appelée « réseau Ismérie», est composée de l’Institution Notre Dame  et l’Académie Musicale de Liesse-Notre-Dame et de la Providence de Laon.
  • La zone de Chauny, nommée « réseau Sainte-Céline, regroupe l’établissement Saint-Charles de Chauny, Immaculée Conception et Joseph Wresinski à Tergnier, le cours Lacordaire de Charmes et notre établissement agricole, Schuman à Chauny.
  • La zone de Soissons a été dénommée « réseau Sainte Thérèse» avec les deux établissements de Soissons, Saint Vincent de Paul et Saint Rémy (et son extension Saint-Nicolas à Villers-Cotterêt) ainsi que l’Immaculée Conception de Braine
  • La zone de Château-Thierry est appelée « réseau Saint-Pierre» et comprend l’école de la Sainte Famille de Fère en Tardenois, Jeanne d’Arc de Neuilly Saint Front et Sainte-Marie-Madeleine – Saint Joseph de Château-Thierry.

L’animation de ces établissements est confiée par l’évêque à la Direction Diocésaine, sise au 19 rue des Déportés et Fusillés, à Soissons.

Concile Vatican II et la vision de l’Ecole Catholique

  • Gravissimum Educationis

Le projet éducatif n’est pas obligatoire (la loi Debré) mais le statut de l’Enseignement Catholique en fait une exigence explicite.

  • Autonomie pastorale
  • Peu de références dans la loi debré mais clairement associée au caractère propre
  • Obligation des maitres à respecter le caractère propre dans la limite de leur liberté de conscience
  • Le principe de neutralité est inversé : un enseignant a le droit au sein de sa classe de parler de sa foi. De manière exceptionnelle. Il peut donc accompagner des élèves à une célébration, se signer,
  • En revanche, un enseignant qui ne partage pas cette foi doit rester neutre par rapport à cette foi.
  • La loi Rocard : 31 décembre 1984