Oecuménisme

Héritiers de divisions, artisans de communion

L’Église est invitée à vivre de la communion qui unit Dieu le Père, son Fils Jésus et l’Esprit Saint :
« Comme le Père M’a aimé, moi aussi Je vous ai aimés : demeurez dans mon amour…Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » (Jean 15,9 et 12)

Malgré des tensions occasionnelles et des séparations limitées, l’Église a vécu cette communion pendant mille ans, jusqu’au XIème siècle où la majorité des Églises d’Orient

se séparent de l’Église d’Occident pour des raisons culturelles, théologiques et politiques. Au XVème et XVIème siècles, l’Église catholique a besoin d’être réformée. Luther et Calvin vont pousser cette Réforme jusqu’à la séparation. L’Église d’Angleterre suivra Henri VIII dans son itinéraire personnel.

Pendant 4 siècles environ, nous nous sommes regardés en chrétiens séparés sans chercher des chemins d’union. Dès la fin du XIXème siècle et surtout sous l’impulsion du concile Vatican II, les Eglises et Communautés chrétiennes recherchent les chemins de communion.

Nous en sommes là aujourd’hui : héritiers de divisions, artisans de communion.

Les chemins de la communion passent d’abord par les relations humaines d’amitié quand on se retrouve pour un partage biblique, une œuvre d’entraide, une rencontre des prêtres et pasteurs et surtout pour la prière en commun. Nous découvrons mieux qu’un même baptême nous unit, que « mon frère séparé » est lui aussi animé par l’Esprit-Saint, que dans sa communauté on met davantage en valeur certains aspects de l’Évangile.

Après avoir découvert les richesses de chacun, nous pouvons faire un pas de plus et nous demander :

Quel témoignage commun pouvons-nous rendre à Jésus-Christ ressuscité ?

Abbé Xavier GIVERT
42 rue Saint-Yved
02220 Braine
Tél. 03 23 74 11 84
Email
L’unité des chrétiens