Articles de presse concernant le Père Joseph WRESINSKI

Discours du Pape François aux Mouvements Populaires 28 octobre 2014

L’extraordinaire discours prononcé le 28 octobre dernier par le Pape François, s’adressant aux Mouvements Populaires réunis pendant trois jours à Rome.
Un discours long et dense, aux accents très « wresinskiens »…si vous permettez l’expression !

Lire l’article…

«Pour François, les pauvres sont l’Eglise, pas un appendice de l’Evangile»

Dans l’édition du 05 août 2014 de Vatican Insider, supplément du journal italien La Stampa, Giacomo Galeazzi interviewe  Andrea Riccardi, fondateur de la Comunità di Sant’Egidio et historien du christianisme.

Lire l’article…

Autres articles de presse

« L’héritage du P. Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde » – Pélerin
Article paru dans Pélerin

Le 14 février 1988 disparaissait le P. Joseph Wresinski, le fondateur d’ATD Quart Monde. L’occasion de revenir, vingt-cinq ans plus tard, sur le parcours d’un homme dont le souhait le plus cher a été de « détruire » la misère.

« Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré. » Scellée le 17 octobre 1987, sur l’esplanade du Trocadéro, à Paris,  par le P. Joseph Wresinski (1917-1988) devant une foule de 100 000 personnes, la dalle portant ces mots résume tout l’engagement de celui qui, né dans la misère, voulait la « détruire ». La même année, il s’exprimait au Conseil économique et social pour porter son message. Visionnez l’extrait ci-dessous.

Les pauvres, le P. Wresinski était un des leurs. Ce fils d’un Polonais et d’une Espagnole, né en 1917, a grandi entre foyers et hébergements de fortune, à Angers, avant de faire la rencontre de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et d’être ordonné prêtre à Soissons (Aisne), en 1946. Après dix ans de ministère dans des paroisses ouvrières et rurales, il est envoyé, en 1956, par son évêque, dans un camp de sans-logis à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). C’est dans cette localité qu’il fonde le mouvement Aide à toute détresse, ATD Quart Monde.

[voir la suite de l’article – www.pelerin.info]



 

« La colère du père Wresinki contre l’assistanat » – Zenit
Et le droit à la spiritualité pour tous

Rome, 13 février 2013 (Zenit.org). Mgr Hervé Giraud
http://www.zenit.org/fr/articles/la-colere-du-pere-wresinki-contre-l-assistanat

Le père Joseph Wresinski « se mettait en colère contre l’assistanat qui prive les pauvres de la dignité d’être acteurs de leur avenir et son « combat d’homme et de prêtre a consisté à mettre les personnes abîmées par la misère, en relation entre elles, en relation avec le reste de la société, à les mettre debout, actives et responsables, car chacun a le droit au respect et à la dignité », fait observer Mgr Giraud, qui ajoute: « De plus, Joseph Wresinski revendiquait le droit à la spiritualité pour tous ».

Mgr Hervé Giraud, évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin, en France, a prononcé cette homélie au cours d’une messe qui marquait, dimanche dernier, 10 février, le 25ème anniversaire du retour à Dieu du père Joseph Wresinski (1917-1988), fondateur du mouvement ATD-Quart monde et promoteur à l’ONU de la Journée internationale du refus de la misère, chaque année le 17 octobre.

Cet anniversaire sera marqué à Rome le 24 février en la Basilique du Latran, sous la présidence de Mgr Jean-Louis Bruguès. Le père Germano Marani sj prononcera l’homélie.


 

« Ils n’ont pas oublié les mots du père Joseph » – L’Union
Article paru dans le journal L’Union

Ils sont venus, ce dimanche, évoquer le père Joseph et sa générosité.

SOISSONS (Aisne). Pour célébrer le 25e anniversaire du décès de Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart-Monde, des témoignages ont été apportés par des personnes l’ayant côtoyé.

«SON message continue à vivre, il est démultiplié ! » Vingt-cinq ans après le décès du Joseph Wresinski, pour Monique Veyre, à ses côtés pendant des années comme permanent volontaire au sein d’ATD (Agir tous pour la dignité) Quart monde, l’état d’esprit du fondateur de ce mouvement est toujours présent. Elle était, ce dimanche, à Braine, notamment pour témoigner « de ce qu’il était et de ce qu’il est encore ».
À l’abbatiale Saint-Yved, un événement était organisé autour de l’association des Amis du père Joseph Wresinski (APJW), à l’occasion du 25e anniversaire de son décès. Plusieurs « témoins » s’étaient ainsi déplacés et ont pu évoquer cet homme, prêtre à Dhuizel durant cinq ans, à l’époque où il s’impliquait déjà dans le « camp » de Noisy-le-Grand.
« Le père Joseph était un rassembleur, on était transformé, il nous rendait courageux », lance Monique Veyre, partie en 1970 à la rencontre de cet homme décrit comme « fou » : « On disait qu’il empêchait les gens de quitter le bidonville », se souvient-elle, expliquant qu’au contraire il souhaitait voir les uns rester pour aider les autres.

« Sa propre misère »

« Il disait : lorsque quelqu’un est brisé, dénude-toi toi-même pour le comprendre », explique celle qui a voyagé dans de nombreux pays pour lutter contre la pauvreté dans le sillage de cet homme.
À Braine, à l’époque doyenné de la paroisse où il fut prêtre, se trouvaient aussi, hier, François Leroux et son père Maurice, dont les parents avaient « adopté » le jeune homme, c’est-à-dire qu’ils lui apportaient le soutien nécessaire pendant son séminaire à Soissons. « Il n’a jamais opposé les riches aux pauvres », se souvient Maurice Leroux.
Autour de lui, Jean-Michel Anciaux, président de l’APJW et Gilles Anouil, président d’honneur et auteur d’un livre sur le père Joseph, rivalisent d’anecdotes « Tout ce que lui donnait la famille Leroux disparaissait en un rien de temps », indique l’un, l’autre affirmant : « Vous ne pouviez pas échapper à son attraction ! »
Seule représentante de la famille, « les autres n’ont pas pu venir », la nièce de Joseph Wresinski, Marie-Christine Gillet, « la fille de sa sœur » était, hier, à Braine. Elle a pu entendre tous ses témoignages.
Ils ne font que s’ajouter aux diverses actions pour la mémoire du créateur de ce mouvement international. Comme cette dalle posée devant le Trocadéro et sur le parvis de la cathédrale de Soissons. Les mots « l’égale dignité humaine » caractérisent, selon ceux qui l’ont connu, la pensée de Joseph Wresinski.
Monique Veyre affirme : « Voir les gens dans la misère lui rappelait sa propre misère. »
Quant à François Leroux, il rappelle : « Le RMI, c’est une idée de lui ! »

Laurence PICANO

Le père Joseph Wresinski (1917-1988) a été prêtre à Dhuizel durant cinq ans.

La célébration, à Braine, de l’anniversaire du décès du père Joseph a été organisée ce dimanche alors même que se terminait la visite pastorale de l’évêque dans la paroisse. Aussi Monseigneur Hervé Giraud a-t-il célébré la messe, dans l’abbatiale Saint-Yved avant une rencontre autour d’un apéritif puis d’un repas avec l’association des Amis du père Joseph Wresinski.
Si cet homme avait fondé ATD Quart-monde en tant que mouvement laïque, il n’en restait pas moins prêtre catholique. Aussi, une association a-t-elle été créée avec, pour objectif, d’œuvrer pour la béatification du père Joseph.